eC!

Social top

Salt and Honeybees

Comptes Rendus

i 1998

Salt and Honeybees
Anne LeBaron

(1995)

Les accents du sud d'Anne LeBaron

Ce DC est une exploration des extrêmes musicales qui selon LeBaron caractérisent son éducation dans le sud des Etats-Unis, remplie de: "sel et abeilles, océan bouillonnant et trains du sud...délicatesse et rudesse... chants congréganistes bruts et inégaux... délicats pincements de guitare bluegrass." Ce n'est pas un disque pour puristes, qu'ils soient de tendance électroacoustique, de musique de concert ou de blues ou faisant partie d'un peu de tout. C'est plein de surprises, parfois agréables, parfois provocatrices, toujours intéressantes.

Diverses sections sont incluses de The E. and O Line, un opéra blues électronique de LeBaron qui réinterprète la légende d'Orphée/Eurydice du point de vue d'Eurydice. L'action se situe en 1920 dans les camps de travail des plantations de canne à sucre, dans le delta du Mississipi, les vieux tripots et salles de danse et les gares abandonnées. Alors que les parties instrumentales semblent plus ou moins appartenir à la tradition blues, avec d'intermitantes interventions et extensions électroacoustiques, les parties vocales oscillent constamment entre les mélismes blues, les arias et les techniques vocales avancées.

Deux pièces pour instruments de concert traditionnels sont incluses: Waltz for Quintet, écrite pour flûte, violon, alto, violoncelle et piano, est le second mouvement de quatre du Telluris Theoria Sacra (Sacred Theory of the Earth). The Sea and the Honeycomb, écrite pour soprano, flûte/piccolo, clarinette/clarinette basse, deux percussions et piano, est une mise en musique d'un poème d'Antonio Machado.

LeBaron a aussi inclus deux pièces pour harpe. Doggone Catact , pour harpe préparée (papier et pince alligator), est la transcription d'un solo improvisé datant de 1982. La pièce la plus stimulante, dérangeante (et parfois délicate), et pour moi la plus intéressante du disque est I Am An American...My Government Will Reward You. Elle a été écrite en 1988 pour harpe amplifiée avec électronique en temps réel, et bande, puis révisée en 1994 pour harpe électrique. Commençant par un extrait quelque peu distortionné de America the Beautiful, la pièce utilise comme sources sonores des sons d'hélicoptères, écrasements d'avion, trains, sons synthétiques et sons de cloche, des mélodies jouées sur la harpe et chantées, basées sur des hymnes et une courte ligne vocale récitant l'ordre porté par les membres de l'aviation américaine, sollicitant l'aide des Américains de l'étranger. Cette pièce est dédiée à "toutes les personnes désintéressées et compatissantes en terre étrangère, qui ont souffert d'avoir aidé les Américains à s'échapper d'un territoire hostile."

Délicatesse et rudesse, effectivement.

Traduction: Yves Gigon

Social bottom